Une interview vidéo, surtout lorsqu’elle est à but institutionnel, ne s’improvise pas. Le public qui regardera votre film d’entreprise, qu’il s’agisse de vos collaborateurs, clients ou prospects sera autant sensible à ce que vous direz qu’à la manière dont vous apparaîtrez à l’image.

Voici quelques points pour réussir votre interview. Certains vous paraîtront aller de soi, mais il n’est jamais trop prudent de les rappeler !

 

Le propos

La réussite d’une bonne interview réside dans sa fluidité et son authenticité. Que vous ayez préparé vos réponses ou non, votre message ne doit pas paraître récité. Dire un texte de manière naturelle n’est pas donné à tout le monde. Essayez de vous détacher de ce que vous avez préparé, ne gardez que quelques idées en têtes et reformulez votre propos.

Si besoin, préparez quelques fiches avec les points importants que vous ne voulez pas oublier, surlignez les mots clés et visualisez bien le schéma structurel établi. Si vous le souhaitez, vous pouvez laisser ces fiches à l’un de vos collaborateur présent ou à la personne qui vous interviewera afin de ne rien oublier.

L’avantage avec une interview vidéo c’est qu’il est possible de recommencer plusieurs fois ! Si vous perdez le fil, respirez et reprenez le début de votre phrase sans interrompre la prise. Le monteur saura cacher toutes les hésitations et faire enchainer les propos même si ils ne se sont pas suivis à la prise de vues.

À garder en tête :

  • Soyez simple et concret, évitez au maximum les abréviations, on ne sait jamais auprès de qui sera utilisée la vidéo à l’avenir.
  • Le premier jet est toujours le meilleur.

 

La tenue

Comme dit plus haut, votre image sera aussi importante que votre propos. Devant une caméra, votre image et celle de l’entreprise sont en jeux. Vous devez donc véhiculer l’image d’une personne sûre, à l’aise et dynamique.

L’équipe de tournage qui sera sur place prendra soin de vérifier que tout est parfait et vous invitera, si nécessaire, à vous redonner un coup de peigne par exemple.

Choisissez vos vêtements car ils véhiculent eux aussi des messages. Soignez votre tenue, évitez les couleurs flashy, les motifs fantaisistes (surtout sur les cravates) et évitez les rayures. Les caméras détestent les rayures qui donnent un effet de scintillement à l’image (appelé moirage).

Préférez les couleurs claires et les tons de bleu.

À garder en tête :

  • On soigne son apparence
  • On préfère les couleurs claires et les tons de bleu
  • On bannit les vêtements flashy et à rayures

 

La posture

Il existe principalement trois types d’interview :

L’interview debout :
Interview de bout. L'interviewé s'adresse à un journaliste hors-champ.

Interview de bout. L’interviewé s’adresse à un journaliste hors-champ.

Elle est incontestablement la plus dynamique et offre une certaine souplesse à l’interviewé qui dispose d’un minimum de mouvements.

Pour être à l’aise, pensez à bien encrer vos deux pieds dans le sol. Tenez vous droit et relâchez vos bras et vos mains le long du corps, cela vous permettra d’être détendu. Pendant l’interview, si vous ressentez le besoin d’appuyer certains mots avec de la gestuelle, n’hésitez pas, mais évitez que vos mains ne montent au dessus de votre cou, ce qui masquerait votre visage.

Evitez de gesticuler, fixez un point fixe (journaliste ou caméra). Si vous avez besoin de bouger, faites le pendant que l’on vous pose les questions, cela permettra au caméraman d’ajuster son cadrage.

L’interview assise :
Photo d'une interview réalisée par Plan Rapproché

Interview assise. L’interviewée s’adresse à un journaliste hors-champ.

Elle est beaucoup moins dynamique que l’interview debout mais permet souvent à l’interviewé d’être moins tendu.

Si vous devez faire une interview assise, évitez les fauteuils tournants qui vous ferons perdre en stabilité, ainsi que les fauteuils avec des grands dossiers qui donneront un effet d’écrasement.

Pour être à l’aise, enfoncez-vous bien dans le fauteuil et tenez vous bien droit. Selon le ton souhaité, gardez les jambes droites (ton plutôt strict et sérieux), ou croisez les (ton plus détendu). Les mains pourront soit rester sur les accoudoirs soit donner un peu de gestuelle pour appuyer votre propos. Comme pour l’interview debout, évitez que vos mains ne montent au dessus de votre cou, ce qui masquerait votre visage. Si vous avez besoin de changer de position, faites-le pendant la pose des questions, cela permettra au cadreur d’ajuster son cadrage.

L’interview debout et en mouvement :

Souvent utilisée dans les reportages et émissions de télévision avec un présentateur, l’interview en mouvement apporte un caractère dynamique et engagé à une interview.

Elle se rapproche fortement de l’interview debout à la différence près que l’interviewé s’adressera toujours directement à la caméra et non pas à un journaliste.

Elle nécessite une certaine expérience pour arriver à coordonner parole, mouvement et gestuelle.

À garder en tête :

  • On s’encre bien au sol
  • On change de position pendant la pose des questions
  • On évite les grands gestes et on utilise ses mains pour appuyer son propos

 

Le regard

Photo d'une interview réalisée par Plan Rapproché

Interview debout. L’interviewé regarde la caméra et s’adresse directement au public.

Selon les cas, on vous demandera de parler au journaliste en hors-champ ou directement à la caméra, c’est ce qu’on appelle « l’axe regard ».

Dans tous les cas, ne regardez pas l’un ET l’autre.

Si vous devez regarder le journaliste, oubliez la caméra et les autres personnes présentes. Vous n’avez qu’UN seul interlocuteur.

Si vous devez faire une interview dite « face caméra », faites abstraction de tout le reste. Pour que votre regard s’adresse bien au public, regardez toujours juste au dessus de l’objectif. Dans la plupart des cas, le cadreur prendra soin de disposer un petit scotch de couleur à l’endroit où vous devez regarder.

À garder en tête :

  • On regarde une seule chose : le journaliste ou la caméra
  • On fait abstraction de tout ce qui se passe autour
  • La caméra est votre amie, elle n’est pas là pour vous nuire !

 

Un internaute regarde en moyenne 70 vidéos/mois.

Sachant que 90% du trafic internet est crée par la vidéo, comment se démarquer dans cette jungle ?

Voilà 2 points importants pour que votre vidéo soit réussie.

 

La durée : le point primordial

Le but premier d’une vidéo sur internet est d’être vue. Elle doit donc susciter la curiosité de l’internaute.

On voit trop souvent des vidéos de plus de 4 minutes. Résultat : peu de personnes les regardent jusqu’au bout.

Gardez toujours à l’esprit qu’un internaute est beaucoup moins patient lorsqu’il regarde un contenu vidéo sur son ordinateur ou son smartphone, que devant la télé.

Au bout de 45 sec, son attention diminue.

Voilà pourquoi il est primordial de faire des vidéos les plus courtes possibles.

Selon les cas, on peut distinguer deux durées appropriées :

Format court (45 sec max)

Si vous devez absolument délivrer un message à l’internaute, votre film devra être court et aller droit au but. Ne tergiversez pas, pas de fioritures, on dit ce qui est important et rien d’autre.

Notez qu’une vidéo courte de 30 secondes diffusée sur la page d’accueil d’un site augmentera sensiblement votre taux de conversion (nombre de personnes passant à l’acte d’achat sur le nombre total de visiteurs). Alors pourquoi s’en priver !

Délivrez votre message dans les 15 premières secondes pour être sûr qu’il soit reçu par l’internaute.

Format long (2 à 3 min max)

Un film de retour sur un événement, une présentation de produit, une note explicative pourra être d’une durée plus longue. Mais attention à ne pas dépasser les 3 minutes, au delà, l’internaute ne gardera pas tous les messages en tête et arrêtera dans 90% des cas la lecture de la vidéo.

Pour tenir en haleine le spectateur, suscitez l’intérêt dès les premières secondes, puis donnez les informations primordiales avant de rentrer dans le détail. Ainsi, même si l’internaute ne va pas au bout de la vidéo, il aura reçu les messages importants.

 

Donner à voir ET à entendre

Il est important de savoir qu’une personne retient :

20% de ce qu’elle entend
30% de ce qu’elle voit
70% de ce qu’elle voit et entend.

La vidéo est donc l’outil qui offre la combinaison idéale pour transmettre des messages importants.

Pour qu’une vidéo soit réussie elle doit donc être à la fois pertinente dans son discours oral et offrir de belles images. Il faut être attrayant. N’abusez pas des effets. Mieux vaut être simple et clair que chercher à en faire trop à l’image et passer à côté des messages à délivrer.

 

En résumé il faut :

  • Donner à voir ET à entendre
  • Être le plus court possible
  • Délivrer les messages importants dans les premières secondes

Le cadre est l’image qui apparaît dans le moniteur lors de la prise de vues et qui constituera l’image apparaissant dans le film. Ce qui n’est pas dans le cadre est nommé « hors-cadre » ou « hors-champ ». Avec les techniques numériques, il est courant de procéder à des recadrages en post-production.

Il existe plusieurs types de cadres, tous ayant un nom et une fonction bien particulière.

En voici une liste non exhaustive :

Plan général (PG) => Situe un lieu ou une action dans un lieu géographique (ex: Paris vu du haut de la Tour Eiffel)

Plan d’ensemble (PE) => Plan général d’un lieu ou d’un événement (ex : La Tour Eiffel vue en entier de la Seine)

Plan moyen (PM) => Il concentre l’attention sur deux ou trois personnes de plein pieds.

Plan américain (PA) => Cadre les personnes à mi-cuisses

Plan taille (PT) => Cadre les personnes à la taille

Plan Rapproché (PR) => Cadre les personnes à la poitrine. C’est aussi le nom d’une société de production parisienne créatrice de contenu vidéo !

Gros plan (GP) => Cadre le visage d’une personne ou une grande partie d’un objet.

Très gros plan (TGP) => Montre le détail d’un visage ou d’un objet.

 

Schéma montrant les différentes valeurs de plans utilisées dans l'audiovisuel

Schéma des différentes valeurs de plans – bonhomme : © Fotolia.com

Petit lexique de la production audiovisuelle pour vous aider à comprendre les termes employés dans ce secteur.

TYPES DE FILMS

Film institutionnel => Film destiné à promouvoir l’image d’une entreprise ou d’un événement au travers d’interviews et de plans de coupes.

Reportage => Film documentaire ayant un point de vue affirmé qui servira de fil conducteur.

Film d’animation => Film constitué d’une suite d’images réalisées à partir de dessins effectués à la main ou sur ordinateur.

Film d’animation 2D => Technique de film d’animation réalisée à partir de dessins effectués à la main ou à l’aide d’un ordinateur. (ex : Le Roi Lion)

Film d’animation 3D => Technique de film d’animation réalisée à partir d’un ordinateur et consistant à effectuer une animation en volume dans un monde virtuel.  (ex : Toy’s Story)

Film événementiel => Film destiné à promouvoir un événement en en retraçant les moments importants.

PHASES DE PRODUCTION

Pré-production => Ensemble des opérations qui précédent le tournage.

Tournage => Ensemble des opérations de prises de vues et de prises de son destinées à la production d’un film.

Post-production => Ensemble des opérations qui suivent le tournage.Lexique Montage

Montage => Etape consistant à assembler les différents plans les uns à la suite des autres et à les organiser selon le rythme et le scénario définis en préparation afin de donner le film escompté.

Habillage graphique => Mot générique définissant l’ensemble des éléments graphiques intervenant dans un film (billboard, bandeaux etc…)

Etalonnage => Procédé de réglages des teintes et densités des images afin d’harmoniser les couleurs des différents plans d’un film. Cette étape est effectuée une fois le montage du film terminé.

Enregistrement studio => Enregistrement effectué dans un studio de prise de son, notamment pour les voix-off.

Mixage => Dernière étape de la post-production ? Consiste à égaliser les différentes sources sonores (voix, musique, bruitages…) afin que ceux-ci soient harmonisés entre eux.

Exports => Action de générer un fichier vidéo du film à partir du logiciel de montage.

Format de diffusion => Format du film selon les différentes utilisation envisagées. Prend en compte à la fois la résolution du film et le format informatique (.mov, .avi, .flv, .mp4 etc…)

EQUIPE D’UN FILM

Réalisateur => Détermine à partir du scénario ou de la demande du client la façon dont le récit va être découpé en plans. Quels types de plans seront nécessaires et comment ils seront réalisés (fixe, en mouvement…).

Chef opérateur (ou directeur de la photographie) => Responsable de la coordination des équipes caméra, machinerie et lumière afin que l’esthétique du film corresponde à celle demandée par le réalisateur.

Cadreur (ou caméraman) => Réalise les prises de vues en fonction des demandes du réalisateur.

Assistant cadre => Réalise, si nécessaire, la mise au point des plans et assiste le cadreur.

Ingénieur du son => Responsable de la prise de son sur le tournage.

Perchman => Responsable du placement du micro situé au bout de la perche afin que la prise de son soit bonne et audible.

J.R.I => Journaliste Reporter d’Images – Polyvalent effectuant la prise de vue ainsi que le contenu journalistique d’une interview ou d’un reportage.

Monteur => Assure l’assemblage des plans et séquences d’un film, c’est-à-dire, le montage.

TECHNIQUE

1920 x 1080 => Résolution d’un film dit HD. Signifie que l’écran affiche 1 920 pixels de large et 1 080 pixels de haut

1080 x 720 => Résolution d’un film HD pour diffusion dans les principaux standards internet (Youtube, Dailymotion, Vimeo…). Les nombres signifient que la vidéo est constituée de 1 080 pixels de large et 720 pixels de haut.

2K => Terme utilisé pour une image numérique dont la définition est de 2 048 x 1 080 pixels. Cette définition est utilisée pour le cinéma numérique.

4K => Terme utilisé pour une image numérique dont la définition est de 3 840 x 2 160 pixels. Cette définition est utilisée pour le cinéma numérique dit Ultra HD.

Schéma montrant la différence entre les formats 4/3 et 16/9

16/9ème => Désigne les proportions de l’image. Il a remplacé le 4/3 qui était le format historique de la télévision.

Amorce => Objet ou personne disposée très près de la caméra (aussi appelé 1er plan) et qui masque en partie le sujet ou l’action principale située au second plan.

Arrière-plan => Décor ou paysage se trouvant derrière l’action principale sur laquelle est faite la mise au point.

Axe => Indique la direction dans laquelle se trouve la caméra pour effectuer la prise de vues.

Billboard => Courte animation vidéo de quelques secondes, souvent située en début ou en fin de film et présentant le logo de l’entreprise ou de l’événement.

Bout-à-bout => Montage sommaire de l’ensemble des plans d’un film mis les uns à la suite des autres dans l’ordre de la trame scénaristique.

Bruit de fond => Bruit parasite en fond sonore.

Cadre => Image qui apparaît dans le moniteur lors de la prise de vues et qui constituera l’image apparaissant dans le film. Ce qui n’est pas dans le cadre est nommé « hors-cadre » ou « hors-champ ». Avec les techniques numériques, il est courant de procéder à des recadrages en post-production.
Caméra de tournage

Caméra => Appareil de prises de vues permettant de générer des images en mouvements.

Champ => Ce qui est devant l’objectif de la caméra et apparaît dans son cadre.

Copyright => Petit texte située à la toute fin du film et stipulant le nom du ou des propriétaire(s) du film, l’année et le mois de livraison ainsi que la société réalisatrice.

Crédits => Textes situés en fin de film et listant les noms des personnes ayant des droits sur les éléments utilisés dans le film (photographe pour les photos, architectes pour des bâtiments, etc…)

Découpage technique => Tableau mettant en concordance la trame scénaristique avec les idées de plans correspondantes.

Drône => Engin volant télécommandé qui emporte une charge utile comme une caméra et qui permet le survol d’un espace ou de personnes à grande hauteur. L’utilisation d’un drône est soumis à des autorisations préfectorales et à des équipes ayant un permis de vol et ne se prête pas à tous les lieux de prises de vues.

Effets => Utilisation de techniques permettant de traiter le visuel afin d’obtenir l’effet escompté. De nos jours, souvent effectué en post-production grâce aux logiciels informatiques.

Focus => Lieu où plusieurs choses se concentrent. Dans le langage audiovisuel, cela consiste à effectuer la mise au point sur le sujet, autrement dit à régler la netteté de l’image.

Full HD => Full High Definition. Signifie qu’un téléviseur, est capable d’afficher une image constituée d’une résolution de 1 920 x 1 080. Pour un film, cela signifie que celui-ci a une résolution de 1 920 x 1 080.

Générique => Elément textuel situé au début et/ou à la fin du film et recensant toutes les personnes ayant participé et permis la réalisation du film.Lexique Grue

Grue => Support de caméra qui permet l’élévation de la caméra au-dessus d’un espace ou de personnes qu’elle peut ainsi survoler.

Mélangeur => Terme professionnel pour désigner l’instrument qui va permettre de choisir quelle caméra faire apparaître à l’écran lors d’un montage multi-caméra en direct.Objectif de caméra

Objectif => Système optique de prises de vues construit à partir de lentilles optiques et qui va permettre d’enregistrer une image réelle sur un support matériel.

Régie => Lieu où est effectué et contrôlé un montage multi-caméra en direct et où se situent entre autres,  le réalisateur, la scripte, l’ingénieur du son et le responsable de effets graphiques.

Rushes => Mot définissant l’ensemble des images résultantes d’un tournage et qui serviront au montage du film.

Son d’ambiance => Son de l’environnement sonore d’un plan enregistré  tout seul.Lexique Steadycam

Steadycam => Système de stabilisation de la caméra constitué de bras et de ressorts. Permet de réaliser des plans en marchant ou en courant sans que les mouvements du corps ne soient ressentis par la caméra. Donne un effet flottant à la caméra fortement utilisés dans les films de fiction.

Storyboard => Bande dessinée du film permettant d’avoir une visualisation du film avant son tournage. Obligatoire pour le film d’animation.Lexique Synthé

Synthé => Bandeau d’identification des intervenants d’un film. Il indique au minimum leur prénom, nom et leur fonction.

LES PLANS

Caméra subjective => Réalisation d’un plan en positionnant la caméra comme si elle était à la place des yeux d’une personne.

Contre-plongée => Axe de prise de vues dans lequel la caméra est placée plus bas que le sujet et filme ce qui est plus haut.

Panoramique => Mouvement de rotation de la caméra sur l’un ou l’autre de ses axes (horizontal ou vertical, voire les deux !).

Plan de coupe => Plan de secours destiné, généralement, à dissimuler une coupe faite dans le plan principal. Très utilisé dans les interviews télévisés et les films institutionnels où les propos recueillis ne sont pas préparés et nécessiteront d’être coupés.

Plongée => Axe de prise de vues dans lequel la caméra est placée plus haut que le sujet et filme ce qui est plus bas.

Profondeur de champ => Zone de netteté d’une image située devant et derrière le plan sur lequel est fait la mise au point. La grandeur de cette zone de netteté dépend de la lumière et de l’optique utilisées.

Split-screen => Effet spécial effectué en post-production, où l’écran est divisé en plusieurs images.Cadreur et caméra en train de réaliser un plan au travelling sur un film de reportage

Travelling => Mouvement de caméra horizontal ou vertical effectué à partir de rails ou en mettant la caméra sur un engin roulant (voiture, train…)